La Suisse distribue des prix de chimie à des chercheurs de pointe

(SSC, 7 octobre 2004) Deux distinctions de renommée internationale, le Prix Paracelse et le Prix Werner, ont été décernés aujourd’hui par la Société Suisse de Chimie à George Whitesides, de l’Université d’Harvard, et à Paul Dyson, de l’EPFL. George Whitesides est l’un des plus importants chimistes actuels. Ses travaux fondamentaux dans le domaine des micro- et nanotechnologies ont permis de nombreux progrès dans le développement de nouveaux matériaux fonctionnels, ainsi que dans les sciences de la vie. Son intérêt scientifique se porte en outre sur une large palette de questions, allant de l’origine de la vie et de la naissance de la complexité jusqu’à la chimie dans les pays en voie de développement. Le Prof. Whitesides est âgé de 65 ans et mène ses recherches à l’Université de Harvard, USA. Le britannique Paul Dyson, 38 ans, travaille depuis 2002 à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Ses recherches portent sur des liquides ioniques en tant que nouveaux solvants, grâce auxquels l’efficacité d’un catalyseur chimique et l’impact environnemental des réactions chimiques peuvent être fortement amélioré. Le prix Paracelse, doté de CHF 20'000 et d’une médaille d’or, est la plus prestigieuse récompense de la Société Suisse de Chimie (SSC). Le prix Werner – CHF 10'000 et une médaille – est attribué par la SSC à de jeunes scientifiques pour des travaux de recherche remarquables en chimie. Les deux prix ont été remis lors de la réunion d’automne de la SSC à l’Université de Zürich-Irchel. Plus de 500 personnalités de la recherche et de l’industrie ont pris part à ces festivités.

TPL_BEEZ2_ADDITIONAL_INFORMATION